Pour garantir la régularité de la circulation des véhicules de transports en commun, il faut les dissocier de la circulation générale.
C’est là le principe d’un « site propre » qui est constitué de voies réservées. Cependant, la configuration de la ville ne le permet pas toujours. Trois cas peuvent alors se produire.

Le site propre « intégral »

Les voies à double sens réservées exclusivement aux véhicules METTIS constituent plus de 86 % des itinéraires. Elles sont isolées de la circulation générale par des séparateurs physiques.
La plateforme peut être latérale (les deux voies de TCSP sont d’un seul côté de la rue) ou axiale (au centre de la rue, la circulation automobile se faisant de part et d’autre).
La plateforme est également praticable par les véhicules d’urgence en mission (police, samu, pompiers, ambulances) ce qui leur permet un gain de temps considérable lors de leurs interventions. Ces voies réservées sont prioritaires aux carrefours grâce à un système similaire à celle des tramways.

undefined undefined

Exemple de site propre central : Avenue de Strasbourg


Une plateforme réservée mais avec des accès riverains


Sur quelques sections, la possibilité d’utiliser la plateforme du METTIS est autorisée pour les véhicules des riverains. Cela concerne les rues Belle-Isle, de la Patrotte, Pierre Perrat…

Une réglementation particulière et des dispositifs de contrôle d’accès, tels des bornes escamotables, ont été mis en place à cette fin.

undefined undefined

Exemple de site propre partagé : Rue Pierre Perrat


Des secteurs où les transports en commun partagent la voirie avec la circulation générale


Certains tronçons du tracé ne permettent l’aménagement d’un site propre que pour un seul sens (en général, le sens entrant vers le cœur d’agglomération, le plus chargé en embouteillages).

undefined undefined       

                                                                                                      Exemple de site banalisé : Avenue de Plantières