Langue active :FR

  • Imprimer

Sentier n°3 - Le tour du Mont Saint-Quentin

Parcours souvent surprenant, qui traverse une grande variété d’ambiances et de paysages et où les nombreux points de vue nous dévoilent la vallée de la Moselle, les vignes et les villages du coteau. Le tracé de la promenade fait découvrir aux curieux la pelouse calcaire du plateau, la forêt où se cache la tour Bismarck, puis dans le village de Scy-Chazelles, la maison de Robert Schuman, l’église fortifiée, les habitations vigneronnes…

Le site classé du Mont Saint-Quentin, considéré comme le poumon vert du territoire, abrite  une grande richesse architecturale et paysagère mais aussi écologique. En effet, en partie classé Natura 2000, on y retrouve de nombreux habitats et espèces protégés à l’échelle européenne mais également à des échelles plus locales. 

Y vivent, par exemple, des amphibiens tels que des salamandres tachetées ou encore des grenouilles rousses. Celles-ci se reproduisent dans des points d’eau tels que des mares. Deux mares sont connues sur le Mont Saint-Quentin pour abriter des amphibiens, régulateurs des populations d’insectes : la mare du Parc Saint-Anne et celle récemment créée par la commune de Lessy dans le vallon des Bruyères. Les amphibiens doivent traverser la route du col de Lessy pour rejoindre leur lieu de reproduction dans le parc Sainte-Anne, on observe une forte mortalité d’amphibiens malgré l'existence d’un passage pour crapaud à ce niveau, l’un des premiers en France et le premier de Lorraine ! Les amphibiens étant philopatriques, ils retournent sur leur lieu de naissance pour  se reproduire, cela prendra donc un certain temps avant que ces derniers ne colonisent la nouvelle mare moins dangereuse d’accès.

Comme dans de nombreux sites des Côtes de Moselle, on retrouve sur le Mont Saint-Quentin des pelouses calcaires abritant une faune et une flore riches et protégées. Pour maintenir ces milieux ouverts et ainsi préserver les habitats et espèces actuellement présents, l’intervention humaine est quasi inévitable soit par des actions mécaniques telles que du débroussaillage ou par des actions se rapprochant davantage de la nature à savoir le pâturage. En broutant, les animaux empêchent les milieux d’être colonisés par de la végétation arbustive et arborée, pérennisant ainsi les pelouses. La mise en place du pâturage sur un site aussi fréquenté que le Mont Saint-Quentin peut s’avérer délicate au vue des incivilités existantes.

 

Pour trouver le point de départ :

Dernière mise à jour le 16.09.2020

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?