Langue active :FR

  • Imprimer

Sentier n°1 - Des champs de bataille aux champs fleuris

Au gré des envies, la promenade se fait champêtre ou historique. Le promeneur ne manquera pas d’étudier l’architecture de l’église de Saint-Privat-la-Montagne reconstruite après-guerre, et pourra faire le détour pour voir trois monuments prussiens érigés en souvenir des victimes des batailles du mois d’août 1870. Le plateau entre Metz, Saint-Privat-la-Montagne et Mars-laTour, où se sont déroulés ces combats décisifs, représente la plus grande concentration de tombes et de monuments militaires en Europe, posés le plus souvent à l’endroit même où sont tombés les soldats.

 

 

La commune de Saint-Privat-la-Montagne présente un relief de plateau sur le revers des côtes de Moselle. La commune est légèrement vallonnée, et caractérisée par des pentes douces descendant vers l’ouest. Le village est situé́ entre milieux forestiers et agricoles, en lisière des bois caractéristiques des côtes de Moselle. À cheval sur son ban communal et sur celui de Roncourt, on distingue l’ancien site des carrières de pierre de Jaumont, devenu aujourd’hui un réservoir de biodiversité́ reconnu.

Saint-Privat-la-Montagne possède le label “Commune nature” par ses actions “0 phyto” et ses démarches dans la préservation de la biodiversité. Dans le  Grand Est, les communes s'engagent dans la démarche zéro pesticide depuis 2011. L’utilisation de produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, des villes ou encore des voiries, impactent les écosystèmes et dégradent les ressources en eau, notamment à proximité des captages d’eau.

Ce label a pour objectif d’engager les communes dans une politique de préservation de la biodiversité et de restauration des ressources en eau. A travers cette démarche, les communes peuvent, à leur tour, sensibiliser les habitants et autres gestionnaires d’espaces.

A Saint-Privat-La-Montagne, des jardins familiaux ont également été créés et participent, de par leur culture biologique et raisonnée, à la préservation de la biodiversité. En plus de proposer des aliments pour l’Homme, les arbres fruitiers sont un support pour la biodiversité : source de nourriture (nectar, fruits…), abris ou support pour des nids...

La commune d’Amanvillers est, quant à elle, traversée par le ruisseau de Montvaux, qui constitue l’une des principales continuités écologiques intercommunale du territoire. Situé dans le site Natura 2000 Pelouses du Pays Messin, il bénéficie d’un statut de protection pour les habitats et les espèces qu'il abrite. On y retrouve notamment le chabot, un poisson d’intérêt communautaire, protégé à l’échelle européenne. Il s’agit d’un petit poisson de 10-15 cm avec une tête prépondérante aplatie possédant une épine derrière le crâne. Le chabot est généralement de couleur brune tachetée ou marbrée ce qui lui permet de se fondre sur le fond. Grâce à sa large bouche, il est capable de chasser en aspirant ses proies à portée. Il se nourrit de vers, de larves et parfois d'alevins

Il est notamment menacé dans ce cours d’eau par le déficit en eau, le manque d’entretien du ruisseau et la dégradation de la qualité des eaux par les rejets domestiques. 

La commune est essentiellement agricole mais contient quelques continuités forestières et prairiales. On retrouve d’ailleurs les bois de Montigny et de Saint-Vincent, autour du ruisseau de Montvaux.

 

Pour trouver le point de départ :

Dernière mise à jour le 04.08.2020

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?