METTIS, projet emblématique de la métropole, peut également être considéré comme un accélérateur des projets de développement durable. En effet, concernant le pilier social, METTIS a été un tremplin vers l’emploi pour beaucoup de jeunes ou de personnes qui en sont éloignées. Comme d’autres collectivités, Metz Métropole a décidé de faire de ce chantier phare de l’agglomération un tremplin vers l’emploi.

Dès 2010, Metz Métropole a décidé d’instaurer des clauses sociales dans ses marchés publics rejoignant ainsi les villes de Metz et de Woippy, qui pratiquent la clause sociale depuis plusieurs années.

Compte tenu de l’ampleur du projet METTIS, il a été décidé d’en faire un vrai tremplin vers l’emploi pour des personnes qui en sont éloignées ou exclues.



Les clauses sociales et METTIS


La clause METTIS

  • L’objectif de la clause dans METTIS : 6% des heures travaillées réservées à des personnes éloignées de l’emploi, soit 65 000 heures et 36 équivalents temps plein.
  • Les résultats en quelques chiffres : 71 000 heures d’insertion réalisées, 107 personnes en insertion ont travaillé sur les chantiers METTIS.
  • Le but visé par cette clause est atteint : créer de l’embauche et surtout donner les moyens aux demandeurs d’emploi de justifier d’une expérience professionnelle.
La clause sociale en deux mots

Il s’agit, lorsqu’un marché public le permet, d’inscrire une clause faisant obligation aux entreprises concernées de recruter des personnes éloignées de l’emploi. L’objectif est de faire de l’achat public un achat responsable et un réel levier pour l’insertion professionnelle et l’emploi.

Le public visé

  • Les jeunes de moins de 26 ans sans qualification
  • Les demandeurs d’emploi de longue durée (plus de 12 mois d’inscription au chômage)Les bénéficiaires du RSA
  • Les personnes reconnues travailleurs  handicapés
  • Les personnes employées dans le cadre des dispositifs d’Insertion par l’Activité Économique ou des Groupements d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification.

Comment les clauses sociales ont-elles été réalisées ?


Plusieurs options de réalisation de la clause sont offertes aux entreprises :

  • L’embauche directe en CDD, CDI, contrat à durée de chantier, contrat de professionnalisation, contrat d’apprentissage
  • La mise à disposition par un organisme extérieur (ETTI, GEIQ ou AI1) des salariés en insertion pendant la durée du marché
  • Le recours à la sous-traitance ou à la cotraitance avec une entreprise d’insertion.

Un bilan positif sous tous les angles


Les chiffres parlent, le bilan quantitatif est positif. Ce dernier est renforcé par une vraie plus-value pour les personnes en insertion qui ont pu acquérir une expérience valorisante dans les secteurs des travaux publics ou du bâtiment sur des chantiers d’une durée moyenne de 18 mois.

  • 107 personnes, qui sont-elles ?
La grande majorité des personnes déployées a un niveau faible de qualification, près de 70% des embauchés ont un niveau inférieur au CAP/BEP.

undefined undefined

  • Quels postes ont-ils occupé ?
Les personnes qui ont bénéficié d’un contrat de travail dans le cadre des marchés clausés ont occupé, entre autres, des postes de manœuvres, d’aides coffreurs bancheurs, d’ouvriers espaces verts et d’ouvriers VRD pour la partie travaux mais également d’agents d’entretien pour le nettoyage des bases vie et de secrétaires comptables.