Langue active :FR

Qualité de l'air à 4 sur 10

  • Imprimer

La transition énergétique et alimentaire

Vers la Métropole des circuits courts

Alors même qu’une impérative transition énergétique et alimentaire s’amorce, notre métropole prend corps.

Cette coïncidence est l’opportunité d’accompagner la mise en place, déjà amorcée, d’un nouveau modèle socio-économique engageant les producteurs, les transformateurs et les consommateurs dans une nouvelle dynamique mise au bénéfice du plus grand nombre.

Décliner une stratégie et multiplier les actions en faveur de la transition énergétique

En lançant l’élaboration de son schéma directeur des énergies, notre métropole posera la première pierre de sa stratégie énergétique. Grace à une meilleure connaissance de nos productions et consommations énergétiques et de leurs évolutions, nous serons à même d’orienter les choix d’organisation des réseaux et des installations de production, mais également de questionner nos modèles de développement et choix d’aménagement, pour mettre en œuvre un système énergétique métropolitain plus durable à l’horizon 2050.

A travers leurs capacités d’innovation et leur interface avec la population, les opérateurs de l’énergie ont un rôle clé à jouer dans la concrétisation de cette stratégie. Leur mobilisation aux côtés de la métropole sera visible à travers des actions liées aux énergies renouvelables telles que l’engagement d’études de potentiel de production et de distribution de gaz vert (GRDF notamment) ou la mise en place d’actions de communication auprès du public encore raccordable au réseau de chaleur urbain existant (UEM).

L’innovation passe également par le lien avec la recherche institutionnelle. C’est pourquoi notre métropole s’investira dans le concours national écologie et technologie qui aura lieu les 18 et 19 mars 2019 à Metz et participera techniquement à une thèse sur les îlots de chaleur pour laquelle seront posés des capteurs de température dans plusieurs communes de la métropole.

Nous témoignerons de notre stratégie auprès de Mulhouse, Nancy, Reims, Strasbourg et Troyes, le 31 janvier 2019 à l’occasion de notre seconde participation au Club « métropoles en transition ». Les réflexions et actions communes menées par ce club doivent permettre de relever le défi de la transition énergétique à l’échelle plus globale.

Parallèlement, notre métropole accompagne les habitants et les acteurs économiques du territoire dans leur propre transition énergétique.

Pour cela, un des premiers moyens d’action de la métropole repose sur sa capacité à sensibiliser à ces enjeux. Elle peut s’appuyer sur l’ALEC qui, par exemple, organisera un nouvel escape game sur le thème de l’adaptation au changement climatique en février 2019.

Metz Métropole innove également directement en lançant dès janvier 2019 un appel à volontaires pour tester le lombricompostage, destiné notamment aux habitants d'appartements soucieux de transformer leurs déchets verts dans une démarche expérimentale innovante.

Un deuxième moyen passe par la reconnaissance et la valorisation des efforts engagés. La cérémonie de labellisation des éco-défis 2018-2019 prévue en avril 2019 permettra de faire connaître les artisans et commerçants agissant en faveur de l’environnement.

Enfin, un troisième moyen consiste à favoriser la mise en réseau, à aider à développer les synergies entre acteurs socio-économiques. C’est ici tout l’enjeu du projet d’écologie industrielle territoriale sur le secteur Frescaty-Actisud. Ainsi, en 2019, il sera question d’évaluer dans quelle mesure les ressources ou déchets des uns peuvent entrer dans les process de fabrication ou de distribution des autres sur ce secteur.

Conforter la stratégie territoriale de transition agricole et alimentaire

Depuis 2010 déjà, notre métropole s’investit en faveur de l’agriculture périurbaine et des circuits-courts. A partir de l’idée d’un « agrobiopole » (épicentre de la production, la transformation et la valorisation des produits agricoles locaux) sur le site de Frescaty, la métropole élargit désormais sa réflexion pour s’engager dans un véritable projet de territoire alimentaire capable de toucher à toutes les dimensions de la vie des gens : développement économique, éducation, santé, emploi, aménagement. Porteur de la stratégie métropolitaine en matière alimentaire, notre projet alimentaire territorial s’appuiera sur un plan d’actions multi partenarial associant producteurs, transformateurs et distributeurs. Le lancement officiel de cette démarche au long court s’opérera début 2019. En attendant, les actions engagées sont poursuivies.

Sur le plateau de Frescaty, la métropole a alloué 40 hectares à des activités agricoles. La moitié a été mise à disposition de Ferme d’avenir (groupe SOS) pour y créer une ferme agro écologique dont le futur aménagement sera présenté fin avril 2019.

5 autres hectares, dits espace test agricole, peuvent accueillir trois porteurs de projets qui pourront bénéficier pendant 3 années d'un accompagnement technique, juridique et financier afin de parfaire leur projet d'installation.

A l'issue de cette période de 3 ans, il est dans l'intérêt de la métropole de retenir ces  "futurs chefs d'exploitation" et de leur proposer des conditions facilitantes à leur installation. L'accès au foncier en faisant partie, nous lancerons une étude foncière agricole à l’échelle de notre métropole au premier trimestre 2019.

Dernière mise à jour le 13.02.2019

à la une

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?