Langue active :FR

  • Imprimer

L'intelligence collective

Un facteur-clé de la compétitivité et de l'emploi

La proximité et le regroupement d’acteurs sur un même lieu ont été très tôt perçus comme moteur d’une intelligence collective favorable à l’innovation, à la croissance et à l’emploi. De ce constat est né le Technopôle, lieu d’intelligence qui regroupe hautes technologie, enseignement supérieur et recherche.

Une réussite qu’il faut maintenant élargir à l’échelle de la métropole et de son bassin de vie.

Nouvelles pratiques, nouveaux lieux de l'intelligence collective

L'intelligence collective résulte des interactions humaines qui permettent de démultiplier et d'amplifier une action par la diversité des expériences, des projets, des expertises et des produits. Elle trouve historiquement son efficacité au travers de réseaux réels ou virtuels, générateurs de rencontres physiques ou dématérialisées.

Metz Métropole dispose de lieux d'intelligence collective, dont le premier à émerger a été le Technopole, au cours des années 80. Aujourd'hui, l'association Invent Metz Campus donne un nouvel élan à la dynamique du Technopôle en l'ouvrant sur le Nord Lorraine. Par ailleurs, le rôle – majeur – du Technopole doit être recomposé au regard des nouveaux modes de travail, de coopération, et tout simplement de vie.

Depuis quelques années, cette intelligence collective se forge également, au quotidien, dans des lieux (tiers-lieux) qui associent des profils entrepreneuriaux, et plus largement des publics, dont la cohabitation est génératrice de synergies créatrices de valeur, au service de l'attractivité du territoire et de son développement économique. Sous l'impulsion de la révolution numérique, diverses initiatives ont vu le jour : BLIIIDA, tiers lieu d'innovation, d'inspiration et d'intelligence collective, Synergie, accélérateur de start-ups deep tech, des espaces de co-working comme le Square.

Il s'agit désormais de donner une nouvelle ambition à ces lieux. Ainsi BLIIIDA ambitionne de devenir en 2021 l'un des cinq tiers lieux majeurs en France et lance un ambitieux programme de travaux à l’horizon 2020. Objectif : améliorer les caractéristiques techniques du site, renforcer son intégration urbaine et élargir ses espaces d'hébergement.

Bliiida élargit également le spectre de ses champs d’intervention en se dotant d’un réseau dédié aux objets connectés. Il s’agit de faire de BLIIIDA un smart building (mesure en temps réel de données énergétiques, climatiques, d'ambiance, de comptage, …), de servir de référence à d'autres bâtiments de la Métropole (école, musée, opéra-théâtre,…) et d'offrir une plateforme ouverte à toute start-up en lien avec la thématique qui souhaiterait expérimenter ses produits ou services.

Les lieux de l’intelligence collective doivent également tenir compte de la mobilité des acteurs et s’adapter aux nouveaux modes de travail. Le quartier de la gare de Metz-Ville étant par définition un hub d'interconnexion, il devra forcément devenir, lui aussi, un lieu d'intelligence collective, disposant des outils favorisant sa transformation en hub de compétences.

Partenariat et animation : une nécessité pour faire système

La carte des lieux de l'intelligence collective permet de les positionner géographiquement (BLIIIDA, Technopole, Synergie, Plateau de Frescaty, Mercy,…) mais permet également d'en définir les limites : comment ces lieux se complètent-ils, comment optimiser leur contribution à l'identité du territoire ?

La présentation de l'écosystème d'innovation de Metz Métropole au printemps 2019 commencera à répondre à cette question.

Enfin, il est indispensable que cette logique d'intelligence collective et d'innovation se diffuse sur l'ensemble de notre territoire. Aussi, Metz Métropole a prévu de mettre en œuvre une dynamique de type "start-up de territoire", référence nationale en matière de détection de besoins d'utilité sociale et territoriale. La structuration, l'animation et l'accompagnement collectif proposés seront de nature à faire émerger des solutions en concertation avec les habitants et usagers du territoire métropolitain. Véritable outil de démocratie participative au service du développement économique et de la cohésion sociale, cette dynamique forgera un maillage intelligent et opérationnel du territoire mettant en relation les besoins (donc le marché) et les porteurs de solutions (les entrepreneurs).

Une ingénierie locale au service du Projet métropolitain

L'élaboration du Projet métropolitain est en soi un exercice d'intelligence collective à grande échelle qui ne s'exerce pas autour d'un lieu mais bien autour d'un projet, d'une vision commune à créer.

Pour réinterroger régulièrement ce projet et l'actualiser, Metz Métropole peut s'appuyer sur une ingénierie forte et diverse : technique, citoyenne et administrative.

La valeur du Projet métropolitain repose en grande partie sur la stabilité du socle métropolitain, qui tire sa solidité de la diversité des acteurs qui l'ont construit. Toutes ces parties prenantes seront invitées à prolonger la réflexion. Dans un premier temps, il s'agira de continuer à mobiliser les 826 conseillers municipaux du territoire métropolitain. Trois temps d'échanges spécifiques auront lieu durant les 100 jours. Le Conseil de développement durable de Metz Métropole entend aussi maintenir sa contribution en poursuivant la réflexion sur la métropolisation et sur les transitions numérique et énergétique à travers deux évènements grand public.

Pour construire le Projet métropolitain, Metz Métropole a su mobiliser l'intelligence collective des acteurs du territoire. Un acteur a plus particulièrement joué le rôle d'assemblier de ces connaissances, c'est l'Agence d'urbanisme d'agglomérations de Moselle (AGURAM).

L'agence propose de profiter de ces 100 jours pour mieux faire connaître ses savoir-faire et expertises.

Enfin pour accompagner la mise en œuvre du Projet métropolitain, Metz Métropole se doit d'intégrer ces principes d'innovation et d'intelligence collective dans ses propres pratiques. Aussi, Metz Métropole entreprend une transformation de son administration pour la rendre plus innovante, plus agile, plus efficace. C'est le principe de "la Transfo" qui doit concourir à la création d'un laboratoire d'innovation publique début 2020.

Dernière mise à jour le 11.03.2019

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?